Happy 2016

NEW YEAR 2016 (1)

Bonjour à toi Année 2016 ! Quelques mois que je t’attendais déjà… L’année 2015 a été difficile pour tout le monde. Et encore, je ne pense pas être à plaindre. Certains évènements nous ont tous chamboulés, nous ont rapprochés, nous ont questionnés sur l’importance de cette chose qu’est, la vie. J’ai écrit un livre, avec plusieurs chapitres. Des chapitres qui ont duré trois ans et demi.

Aujourd’hui, je commence un nouvel ouvrage. Un nouveau départ. Une nouvelle vie. On fait tous des erreurs. On grandit avec ses erreurs. Et c’est grâce à elles, que l’on change notre vision de la vie. Une vie sans faute, est une vie parfaite, une vie ennuyante. Cette vie qui nous conduit à un questionnement perpétuel sur l’avenir. L’avenir fait peur, mais la peur fait avancer. Cette rétrospective est compliquée à rédiger…

Il y a des choses que l’on peut dire. D’autres non. Ce blog est un exutoire personnel. Je dose ma vie privée avec précaution. Mais répond à vos questions le plus possible. Je ne sais pas vraiment par où commencer, mise à part, vous dévoilez certains aspects pour que vous puissiez comprendre mon chemin. Mais j’ai aussi ce blog pour qu’il me fasse avancer personnellement en me posant les bonnes questions.

Douze mois se sont écoulés. Je garde énormément de souvenirs. Des bons. Des moins bons. Mais ces derniers seront vite oubliés. Je ne me connais pas moi-même. À 23 ans, apparemment, ce n’est pas grave. Mais je sais que je m’attache à ne retenir que le bon dans ma vie, dans mes évènements, dans mes relations. La rancune ne peut apporter que souffrance et perte de temps.

NEW YEAR 2016 (2) NEW YEAR 2016 (3)

NEW YEAR 2016 (4)

DES MOIS PARISIENS

J’ai commencé l’année 2015 en étant parisienne. À l’époque, je travaillais au sein du magazine Vogue. C’est là-bas que j’ai fait mes armes. J’ai su alors ce que je voulais et ce que je ne voulais pas. Sept jours après avoir commencé cette année, des individus ont intégré notre capitale pour commencer un chaos. Travaillant dans une rédaction, nous avions nous-même été très touchés.

Que ce soit pour de la mode, pour de la politique, pour de l’environnement, on a tous droit à notre liberté d’expression. Mais heureusement, mon travail, a fait que j’ai vite repris le cours normal de mes journées. Et la vie parisienne m’a paru bien plate à côté de ce que je pensais. Sans doute car la routine métro / boulot / dodo dans ce métier est vraie. Je passais mes week-ends à rédiger mon mémoire de fin d’études.

Et je suis rentrée fin mars à Lyon. Cette rétrospective ne sera pas spécialement chronologique car je pense à des évènements en général qui se sont passés au cours de l’année et qui ont des conséquences sur le reste. De même, j’ai choisi douze photos, mais j’aurais pu en désigner bien plus. C’est plus un billet brouillon qui m’aide à poser les nouvelles bases.

NEW YEAR 2016 (5)

NEW YEAR 2016 (6) NEW YEAR 2016 (7)

DES ÉTUDES REUSSIES

C’est en 2015 également que j’ai terminé mes études. Et je n’en suis pas peu fière. Je reçois un grand nombre de questions à ce sujet et je vous en remercie. Sachez que mon parcours n’a rien d’atypique ou d’exemplaire. Je refais ici le bilan de mes quatre années post-bac, mais pas que. Puisque j’ai finalement passé 20 ans sur les bancs de l’école. Une institution que j’ai toujours aimée.

J’étais à l’école maternelle Jacques Prévert de Francheville. Je suis allée à l’école assez tôt car mes parents ont toujours énormément travaillé. En général, les aînés de chaque famille sont toujours plus ou moins débrouillards que les suivants. Ma nounou me racontait souvent que je laçais les chaussures de mes camarades de classe car j’étais la seule à savoir le faire :) On voyait déjà mon côté généreux haha.

Puis j’ai continué à l’école primaire de Saint Laurent d’Agny. Un petit village dans les monts du lyonnais. Je n’ai que très peu de souvenirs, sauf ma maîtresse de CP, Lydia, décédée depuis. Une dame adorable. Je me rappelle avoir croisé mon petit frère dans les couloirs de la cantine avec sa grosse bouille qui draguait déjà toutes les filles de sa classe. Mes parents étaient protecteurs et habitant la campagne, j’ai vite appris à tenir une maison.

Arriva le moment du collège. J’ai plus de bons souvenir de cette période que la primaire. Mes parents m’ont placé dans le privé, à Saint Thomas d’Equin Veritas, à Mornant. La plupart de mes amis sont partis dans le public à Soucieux. J’ai alors reconstruit d’autres amitiés. Mais toujours assez solitaire, je rentrais chez moi, pour faire mes devoirs, aider mon petit frère, ma petite soeur. On jouait dans notre salle de jeux et on courait dans notre grand jardin.

Mon papa a changé de travail et donc nous avons déménagé. Me voilà arrivée en quatrième au collège Le Devoir de Chalon-sur-Saône. C’était un peu comme découvrir une nouvelle civilisation. Les transports en commun. Les gens qui se retrouvent le week-end pour sortir. Et l’adolescence qui commence à se révéler. Encore une fois, je n’ai pas suivi le mouvement qui disait qu’il fallait aller à Mathias ou à Pontus.

J’ai terminé à Nicéphore Niepce dans l’espoir de devenir pilote de chasse. N’ayant pas une très bonne vue, j’ai très vite dérivé sur ingénieur aéronautique. Mais ce monde assez masculin m’a un peu broyé. Je n’avais pas envie de passer mes journées à faire des mathématiques, à parler à des personnes qui restent dans leur monde, sans voir ce qu’il y a autour.

Arrivée à Valence, je décide donc de commencer des études dans la communication. D’abord à Montplaisir avec un baccalauréat STG option Marketing. Certes, ce bac est souvent dénigré de par sa simplicité. Mais les cours d’économie, de gestion nous ouvraient déjà les yeux sur le monde de l’entreprise. J’obtiens alors le Graal et décide de continuer à Lyon.

Souhaitant intégrer une école de communication, mon choix se porte rapidement sur l’EFAP. Sauf que je n’ai pas les moyens de payer les quatre années. C’est alors que je m’inscris dans un BTS Communication à Saint-Louis Saint-Bruno. Très formateur avec beaucoup de pratique, j’ai tout de suite su que ce domaine me plaisait. Et j’ai terminé mes deux autres années à l’EFAP dans un tout autre contexte.

Ce sont finalement mes deux plus belles années. J’ai fait beaucoup de rencontres. J’ai rempli mon CV. Et j’ai un master en communication. Pour certains, le diplôme ne veut rien dire et ils auraient bien raison. Mais je suis le genre de personne qui préfère dire : “Il vaut mieux prévenir que guérir”. Et avoir un bagage tel que celui-là me rassure. Après, je ne peux vous renseigner que sur l’EFAP Lyon, car chaque école est différente. Et le groupe vient d’être racheté, du coup certaines choses vont changer au cours des années.

NEW YEAR 2016 (8) NEW YEAR 2016 (9)

NEW YEAR 2016 (10)

DES VOYAGES EUROPEENS

J’ai eu la chance de découvrir beaucoup de nouveaux endroits cette année. Que ce soit en France ou ailleurs. Tout d’abord Paris, pour l’avoir vécu, c’est une très belle ville. Certaines activités qui piquaient ma curiosité comme les Catacombes ont pu être rayées de ma liste. Mais elle reste encore longue :)

Je suis ensuite passé par la case Milan, dans le cadre de l’exposition universelle. Il a fait un temps magnifique, c’est vraiment une belle ville où il fait bon d’y vivre. Et la semaine d’après Londres. Une ville riche dans beaucoup de domaines mais que j’ai encore du mal à cerner. Le temps n’est déjà pas le meilleur du monde pour moi. Et les métros restent une énigme de mon côté haha.

Je suis aussi allée en Grèce. Un pays qui m’a toujours donné envie par ses paysages avec les petites maisons carrées blanches et leurs volets bleus. Une gastronomie fraîche, des gens adorables. Les îles sont vraiment comme des mini-mondes. Toutes les rues sont étroites, les habitations sont toutes petites et la vie n’est vraiment pas chère.

Puis le sud de la France avec Saint-Tropez, Ramatuelle et Cavalaire. J’aime beaucoup cette région de la France, même si la côté Atlantique me manque. Heureusement, je peux y retourner souvent mes parents habitant là-bas. J’y suis allée à trois reprises en trois mois dont Lacanau où on a pu se tremper les pieds en novembre :)

Et en toute fin d’année Barcelone ! Une ville que j’adore par son architecture, sa gastronomie et ses habitants. Un endroit où j’aimerais sans doute vivre pour le côté nonchalant. Même si la plupart de ces voyages étaient brefs, certains étaient professionnels, d’autres personnels, voyager est sans aucun doute une de mes passions. J’ai toujours cette excitation au moment où l’avion décolle, de découvrir l’endroit où je vais dormir, admirer les paysages, discuter avec les locaux, goûter des spécialités que mon palet ne connaît pas encore.

Pour le moment, aucun voyage n’est prévu pour 2016. Mais si l’occasion se présente j’aimerais énormément découvrir d’autres pays d’Europe car il m’en manque encore et pourquoi pas d’autres continents si le temps et le portefeuille me le permettent :)

NEW YEAR 2016 (11) NEW YEAR 2016 (12)

NEW YEAR 2016 (13)

DES NOUVEAUX PROJETS

En 2016, on ne peut pas dire que je prenne de vraies résolutions. D’une part, ça ne fonctionne jamais et c’est souvent très culpabilisant. Pour que les résolutions soient appliquées, il est préférable de changer de mode de vie. Ce que j’ai décidé de faire cette année. Comme on dit : “Il faut prendre le taureau par les cornes”. Vous aurez remarqué que j’utilise toutes sortes de mantras. Ils sont d’ailleurs disposés un peu partout chez moi pour ne pas oublier.

Et quand notre vie ne nous convient plus, il faut la changer. J’ai de la chance de ne pas avoir de petit ami, de mari, d’enfants, de travail, de crédit trop lourd. Je dis que cette une chance parce que justement ça permet de recommencer en quelque sorte à zéro. On ne peut jamais vraiment repartir de ce chiffre-là, car le passé aura toujours plus ou moins une incidence sur le présent et sur le futur.

Certaines données sont encore un peu floues dans mon esprit. Et j’ai remarqué que l’on a beau dire : à partir de maintenant je fais ça, il y a toujours quelque chose pour le contredire. Depuis le 1er janvier 2016, je suis dans un nouvel état d’esprit. Et croyez-moi, c’est un travail de chaque instant. Vous pouvez être ce que vous voulez être. Un livre que j’ai lu en 2015 et qui m’a beaucoup aidé. Et bien, c’est la phrase que je me dis chaque jour en me levant.

Chaque jour, je vis pour moi. Cette phrase peut sembler très égoïste. Mais par le passé, je me suis rendue compte que si je ne savais pas moi-même qui j’étais, que je n’allais pas bien moi-même, il est impossible de construire de vraies relations solides. Etre bien dans sa tête, dans son corps, se coucher sans n’avoir rien à se reprocher, voilà ce à quoi j’aspire. Ne plus se mentir à soi-même et affronter les choses.

Je recommence ce nouveau départ à Paris dans quelques semaines. Là-bas, j’ai l’impression d’être noyée dans la masse, de pouvoir faire ce que je veux, où je veux, avec qui je veux et d’être totalement indifférente du regard des autres. Pourquoi Paris, me direz-vous. Et bien pour ce côté très romantique, cette grandeur, cette ambiance générale, cette sensation que tout est possible. Si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferais jamais.

J’ai aussi décidé de me programmer des activités. Oui, si elles ne sont pas programmées, je ne les fais pas. Courir, lire, écouter de la musique, travailler sur le blog, sortir. Chaque activité d’avoir un temps imparti pour ne pas empiéter sur les autres. Prendre soin de moi est ma priorité. Autant le corps que l’esprit. Je ne dis pas que je vais y arriver en une semaine, mais instaurer des rituels permet de nous rassurer.

Je vais m’arrêter là car les idées commencent à s’emmêler et il faut que je fasse du tri. Mais avoir des projets, permet de créer des objectifs qui permettent eux-mêmes de savoir ce que l’on veut être ou pas, savoir ce que l’on veut avoir ou pas, savoir qui l’on veut fréquenter ou pas, savoir ce que l’on veut de la vie ou pas.

Ce blog redevient ce qu’il était au début : une passion, un passe-temps, un exutoire, un journal intime. C’est ici qu’en 2016, je vais vous parler de moi, de ma vie, de mon travail, de mes ambitions, de mes projets mais aussi de mes craintes, de mes peurs, de mes angoisses, de mes erreurs. J’aime à penser que je peux rédiger tout ça dans une forme qui m’est propre.

366 new days, 366 new chances.

21 décembre 2015
48 heures à Barcelone – P&G Future Fabrics
10 janvier 2016
Dressing Du Monde

Comments

  • happy new year!

    5 janvier 2016
  • C’est une très jolie rétrospective que tu viens de nous faire. En tout cas je te souhaite bonne chance et bon courage à Paris.

    Ps : Merci de me faire “rêver” au travers de ton blog.

    3 janvier 2016
  • Esméralda
    REPLY

    Tout d’abord bonne année Marion !

    C’est fou comme on peut se retrouver parfois dans certaines phrases écrites par d’autres. Je ne peux être que d’accord avec toi quant à ces mantras, et je te souhaite de pouvoir réaliser tes objectifs, avec autant de succès qui t’ont mené à cette réussite.
    Je t’envoie plein de bonnes ondes, déchire tout !

    Bisous.

    3 janvier 2016
  • Super article ! Le texte est juste magnifique et super bien rédigée ! :)

    3 janvier 2016
  • Très bonne année à toi Marion !!

    Je te conseille de lire le livre Le Secret je pense que ça pourrait te plaire.

    Bisous

    3 janvier 2016
  • Très bel article !
    Je te souhaite bonne chance pour ta nouvelle vie à Paris, et j’espère que pendant cette année 2016 tu aura la chance de voyager plus loin que l’Europe.

    Bonne continuation
    xo Marion

    3 janvier 2016

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *