Dimanche 22/01/17

Je l’avais promis il y a de ça cinq mois… Plus de billets d’humeur ! Et bien voici le premier – d’une longue série je l’espère – qui inaugure notre chère année 2017. Il faut être gentille avec elle, parce que pour le moment, elle ne me fait pas de cadeau. Comme je sais, que seules les plus assidues me lisent, j’ai beaucoup moins de mal à parler de moi, de ma vie, de mes projets, de mes peurs. Ces billets ne seront pas forcément très longs. D’ailleurs, je pense même qu’ils seront assez courts. Une idée, une aventure, une expérience à poser ici pour m’auto-booster. Toujours accompagnée d’une citation, pour mieux illustrer mon “mood“.

.

Bref, je commence cette histoire, inspirée de faits réels. Pour ne pas dire que je l’ai vécu, il y a de ça dix jours. Le célibat n’est clairement pas quelque chose qui me dérange, au contraire, moins j’ai de contraintes, mieux je me porte. En avril – pour ne pas dire le 6 – je vais fêter mes deux années de célibat (avec mon quart de siècle deux jours avant). Entre nous, je sais que je suis archi-jeune et que j’ai archi-le-temps de trouver LA personne. Mais bon, la nature a fait que l’être humain a des besoins. Et surtout, on ne va pas se mentir, plaire à quelqu’un ça n’a jamais déplu à personne ; sauf si le mec est un gros lourd.

.

Grâce à nos amies, les nouvelles technologies, c’est impressionnant à quelle vitesse on peut rencontrer du monde ! Toute nouvelle, toute fraîche sur Paris, j’ai fait comme la plupart des gens, j’ai installé Tinder ! Bon… S’en est suivi Happn & Once. Chose plutôt drôle, on revoit souvent les mêmes têtes. En 2016, j’étais clairement en phase : je me fais plaisir ! Challenge réussi haut la main, comme pourront l’attester mes amies que je décourage fortement haha. Mais en 2017, je me suis dit : Marion, tu vas avoir 25 ans, ça serait pas mal d’essayer de faire un truc !

.

C’est alors, que le 28 décembre 2016, entre mes négociations de devis et mes achats d’art, je vois le fameux “Charme” sur Happn. Je regarde par curiosité sur une pause cigarette, avec Audrey qui me raconte son énième désespoir sur les hommes… En général on est assez vite fixé : photo, prénom, âge ; éventuellement statut social si le mec sait qu’il pèse. Sur celui-ci, on va dire qu’il s’appelle Jean-Claude, comme ça, il perd encore plus toute crédibilité, personne ne va chercher à le retrouver et je peux écrire JC, ça va plus vite. Bref, JC a donc 26 ans, plutôt pas mal, mais clairement ce n’est pas ma came de base.

.

On repassera sur mes goûts, car en fait, ça peut changer du tout au tout s’il y a ce que l’on appelle le “feeling“. JC n’est pas très très grand – 1m78 – ; JC n’est pas très baraqué ; JC n’a pas de barbe. Ce n’est pas bien de s’attaquer au physique, je sais, mais c’est pour vous montrer que tout est possible ! D’un autre côté, je sais qu’il travaille beaucoup – forcément dans un palace les 24/24 7/7 deviennent ta nouvelle passion – ; qu’il a beaucoup d’amis – forcément le mec est un vrai parisien et il parle de tout et de rien – forcément faut qu’il donne un peu de sa personne.

.

On en vient rapidement à se demander pourquoi l’un et l’autre est sur ce genre d’application – #laquestionbateau – et avec amusement on répond que l’on n’a pas le temps de trouver quelqu’un en dehors pour cause de travail, de saison de merde, d’amies trop présentes. Bref, on devient très imaginatif quand il s’agit de vouloir se cacher derrière des choses pas jolies, jolies. Et en fait, clairement, le mec me fait comprendre qu’il veut se poser. Soit, en un an à Paris, ça ne sera que le 30e mec à me le dire, alors qu’au fond on sait que ce n’est pas vraiment le cas (quand j’y pense, quelle conne…).

.

Premier rencard, je finis le travail hyper tard – dame nature ne me facilite jamais le boulot dans ces moments-là – on est le vendredi 6 janvier 2017, il est 21h35 et je le retrouve. Finalement, c’est un peu comme passer un entretien d’embauche. Comme à présent, mon naturel ne m’a jamais desservi, j’y vais franco. On fait la fermeture du restaurant sur les coups de 1 heure du matin. En soi, si un mec reste avec vous pendant 4 heures, on part du principe qu’il est intéressé ? Non ? Surtout que l’on parle de tout et de n’importe quoi, on se marre à en faire détourner les regards, bref COUP DE COEUR !

.

Et bien ma fille, tu peux être fière de toi, une éternité que cela ne t’était pas arrivé. Sur ça, on marche jusqu’à Opéra et je rentre chez moi à pied, en solo, avec la bise qui va bien pour dire au revoir. Le mec m’envoie un message – on voit le sourire se dessiner sur mes lèvres – où clairement il ne veut pas me laisser. J’étais presque arrivée chez moi, j’entendais la voix de mes amies me disant : Pas le premier soir ! Et comme j’écoute mes amies, je mets le mec direct au clair, on se voit mais il n’y a rien à espérer : ” ****** pas ce soir “. Le mec me répond qu’il n’est pas comme ça, bla bla bla.

.

On discute encore jusqu’à 4 heures du matin environ. Je tombe de sommeil – bah ouai ma gueule je suis debout depuis 6h30 du matin et toi c’est ton jour off – et me réveille 1h après environ. On dirait que la nana est en train de raconter une scène de crime haha. Bref, quand on a un mec en caleçon dans son lit, déjà s’il est là ce n’est pas pour rien et surtout ça annonce mal les choses. On commence à faire nos affaires, le mec semble mignon en mode : “T’es sûre, tu ne vas pas regretter ?” et moi qui me la joue à la Marion avec ma réponse : “Demain, je peux mourir” ! Ouai, ouai, ouai…

.

On s’endort, on se lève, bref on fait nos bails. JC m’accompagne tranquillement chez le dentiste – nan mais qui fait ça ? – puis m’embrasse pour me dire au revoir ; et j’ai même droit à un sourire et un clin d’oeil. Okay, reste calme, tu sens qu’il va se passer un truc. Le mec t’écrit le jour même, le lendemain, le surlendemain. Mais je sais que la distance s’installe : il m’envoie un seul message par jour aux alentours de 1h du matin quand il a terminé et je lui envoie un seul message par jour aux alentours de 8h du matin quand je suis arrivée au boulot. #lapsychopathe

.

Le mec ne prend clairement pas les devants pour que l’on se revoit, ce que je fais donc. Ouai, je sais, mes amies me disent que je porte trop de “corones” en moi… On a donc prévu de se revoir vendredi soir – again – pour continuer nos discussions sans fin. Au final, jeudi soir, j’avais envie de le voir, je savais qu’il ne travaillait pas le lendemain – alors que moi, si – mais le mec me bâche car apparemment on va se voir le lendemain. Okay mec, je ne voulais pas casser ta mortelle routine. Vendredi arrive, le mec est malade. Je propose donc un brunch le lendemain, mais le mec ne va pas mieux…

.

Comble de la chose, je lui propose samedi soir, juste pour boire un verre – j’en suis donc à 4 essais – et le mec me répond qu’il a un entretien à 20h30. Qui a un entretien à 20h30 un samedi soir ? Personne. Le mec avait clairement à rencard, puisque le lendemain, plus aucune nouvelle. Nous voilà donc arrivé au 14 janvier – heureusement, c’est le birthday de mon papa, ça me change les idées – et j’étais loin d’imaginer que je n’aurais plus jamais aucune nouvelle. On en parle de sa montre de luxe, qu’un smicard mettrait un an un payer, qu’il a oublié chez moi ? Je dois lui faire peur, puisqu’elle est toujours sur mon bureau.

.

Et c’est pour en venir au fait qu’aujourd’hui, quel mec porte ses couilles ? Passez-moi l’expression, mais tout le monde l’utilise. Voici les critères de JC : épicurienne, honnête et qui sache communiquer. Mais d’où mec tu peux exiger d’une nana ce que toi-même tu n’as pas ? Il ne faut pas te déranger dans ton petit agenda serré donc l’épicurisme on repassera car ce n’est clairement pas profiter de la vie. Apprends à être honnête et dis-moi que tu vois quelqu’un d’autre, ça nous fera gagner du temps à tous les deux. Et apprends à communiquer tout simplement en disant que ça ne va pas le faire. Je ne suis pas un sucre !

.

La finalité de la chose : j’ai gagné une montre ; j’ai compris que les mecs pouvaient vraiment vous dire tout ce qu’ils voulaient ; les beaux discours doivent toujours être agrémentés des actes ; même un mec avec une tête toute gentille, toute mignonne et un sourire à craquer peut se comporter comme la pire des merdes ; rien ne vaut les vraies rencontres IRL (In Real Life – merci Audrey) ; et comme l’a dit mon papa : Ma fille t’étais trop bien pour celui-là, la vérité, s’il préfère servir des sushis plutôt que d’être avec toi tu peux baser ! Merci Papa :) (ce n’était pas vraiment ça, mais les mots de mon papa sont trop intimes, j’arrondis haha).

.

Les deux premiers jours tu es mal. Et puis l’une de tes meilleures amies te dit que sa mamie vient de mourir. Une autre te dit que son mec l’a trompé. Ton boss te rajoute 10 dossiers par jour. Le froid te scalpe la tête. Bref, ce n’est pas le moment ! Et il n’y a pas de moment, ça viendra, quand ça viendra. Au final, je me dis que ça aurait pu être vraiment fun tous les deux, mais si ça ne l’a pas fait, c’est que mieux m’attend ailleurs – beaucoup mieux même ! Mais est-ce qu’il y a un mode d’emploi pour le premier rendez-vous ? pour séduire ? pour commencer une relation ?

9 janvier 2017
3 jours à Madrid

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *