2016, l’année qui fait plaise !

À l’heure où j’écris cet article, je suis entre mes deux parents, qui sont en train de dormir. Non, non, pas dans leur lit, je vous rassure, mais bien dans le canapé familial. Ce canapé qui a connu tant de débauches depuis l’arrivée de notre chien… Comprenez, mon petit frère est avec sa petite copine et ma petite soeur est avec son petit copain. On notera le grand nombre de choses petites autour de moi… Mon appartement, mon cercle d’amis, mon compte en banque, mes seins. Mais en revanche, si 2016 a été marqué par une chose belle et grande : l’amour ! Je vous vois déjà arriver : “Elle a rompu avec le célibat !!”. Et non, ça va faire deux ans et je le vis très bien car j’ai compris que l’amour pouvait venir de bien des environnements : famille, amis, relations professionnelles, voyages, mojitos et caramels macchiatos. Bref, il est l’heure de vous dresser le portrait de cette année, mois par mois, c’est ce qui m’a semblé le plus intéressant pour en tirer une conclusion globale. C’est effectivement la première année de mon existence qui a été riche en rebondissements positifs, s’il vous plaît.

.

.

Janvier : un atterrissage turbulent

.

C’est le mois, le plus stressant de cette année. Deux-trois jours après la nouvelle année entamée, je dis – pour ne pas dire que j’impose – à l’une de mes meilleures amies, Ana, de m’installer chez elle à Paris, durant deux semaines, le temps de trouver un travail. Bref, ne sachant pas vraiment ce que je fais, mais ne supportant plus mon quotidien lyonnais, je prends trois valises et me voilà lancer sur mon rêve parisien. L’américain arrivera dans un second temps. Nous sommes alors le 7 janvier. Je postule dans des bars, des boutiques et des boîtes d’intérim. Miracle, le 14 janvier – le jour de l’anniversaire de mon papa, c’est un signe – je commence un nouveau job chez Maje. Rattachée aux services généraux, ce n’est pas ce que je recherche, mais le cadre est chouette, les gens simples, c’est un CDD transformable en CDI. Bref, pas trop dégueulasse en 7 jours de recherche.

.

De là, je prends le temps de commencer à visiter Paris, non plus en touriste, mais en habitante. Bon, à l’époque, c’est mon parrain qui m’a hébergé, ce qui à la base devait être un mois, puis s’est transformé en six mois. Quand, j’y pense, ils ont eu du courage de me supporter et surtout de me faire confiance sur le fait que je ne passe pas ma vie avec eux. Oui, oui, j’aurais pu ! Lui, cuisinant à merveille et elle, faisait mon linge à la perfection. Comme quoi, la générosité se perd. Je me suis quand même bougé les fesses à rechercher un appartement. À cette époque, Perrine habite à Paris et on passe nos week-ends à se pavaner comme si ça faisait 10 ans que la capitale nous avait accepté. C’est avec elle que j’ai bu mon premier cappuccino parisien au Nomad’s – l’un de nos lieux de prédilection pour nos rencards – et aussi que j’ai découvert le Sacré-Coeur, devenu officiellement mon monument favoris français !

.

Citation : Un jour je suis née, depuis j’improvise !
Leçon de vie : Personne ne se bougera les fesses à votre place !

.

.

Février : une stabilité recherchée

.

Arrivée il y a un mois dans une ville – très grande pour une provinciale – où je ne connais pas grand monde, ou en tout cas du monde sur qui compter, c’est difficile de s’y retrouver. On ne peut pas s’empêcher de se poser la question : Est-ce que j’ai bien fait ? Et puis finalement, la réponse c’est : On s’en bat les c******* ! J’ai vite senti la tension parisienne, suite aux attentats, survenus quatre mois avant. Et justement, je me suis dit que si j’avais eu le “courage” – ouai, je mets des guillemets, j’assume pas de m’auto-congratuler, mais ma psy m’a dit qu’il fallait le faire pour prendre confiance en moi haha – de partir en plaquant tout, c’est que de bonnes choses allaient m’arriver. Et au final, j’ai commencé ce travail, j’ai rencontré des personnes en or qui sont aujourd’hui mes amies. Et en plus, j’ai rapidement mis en place un timing pour pouvoir faire mon travail tout en continuant le blog.

.

C’est d’ailleurs à mon arrivée à Paris que toutes les soirées ont débuté. Forcément, à Lyon, il y a beaucoup moins de choses. Et finalement, mon compte Instagram a commencé à grimper tout doucement, entre les nouvelles personnes et le cercle des événements, on peut faire sa place. J’ai alors découvert plein de nouvelles marques cette année. Et au mois de février sur la mode, ça été Intropia et sur la beauté, Erborian. Deux marques, qu’aujourd’hui, je continue d’affectionner. Mon âme d’enfant ? En arrivant dans la capitale, elle s’est décuplée. Je suis passée de 8 ans à 4 ans d’âge mental haha. Et je me rappelle très bien de cette belle journée – ou plutôt pluvieuse journée – avec Estelle à Disney ! Une passion pour les manèges qui ne s’arrêtera jamais je pense. Bref, il était temps de savoir ce que j’allais faire au printemps. Ouai, la nana ne s’arrête jamais !

.

Citation : Ne compter pas les jours, faites que les jours comptent !
Leçon de vie : Profiter de chaque jour comme si c’était le dernier !

.

.

Mars : une amitié confirmée

.

Au mois de mars, il s’est passé beaucoup de choses. Toujours à l’arrivée du printemps, les bourgeons se réveillent. Déjà, j’étais au taquet dans mon travail, même si je savais déjà que je n’allais pas faire ça toute ma vie. Ensuite, il y a eu la sortie du sac M. Un réel coup de coeur intérieur, que la marque a su sentir. Je remercie encore toute la communication et surtout le pôle digital pour leur confiance. J’ai alors commencé ma collaboration avec la marque Maje. Vous connaissiez déjà mon amour pour cette marque française, issue du Sentier. C’est d’ailleurs à cette période, qu’un réel coup de coeur pour la fondatrice et directrice artistique a eu lieu. L’envie de défendre sa marque auprès du monde entier ! Bref, un vrai sentiment d’appartenance et de responsabilités, ce que je recherchais à cette époque je pense.

.

Et avec Audrey, nous sommes parties à Rome ! J’ai rencontré cette nana, le premier jour de mon arrivée à Maje, autrement dit, mon premier jour à Paris. C’est elle qui m’a accueilli et formé. Rien qu’à sa petite tête blonde aux yeux bleus, j’ai senti que cette nana avait des grandes qualités de coeur – et un bon boule aussi. Mais j’étais loin d’imaginer qu’un coup de foudre allait se passer. On passait nos journées entières ensemble ! Et croyez-moi dans le Sentier, ça bosse. En général, 8h30 – 19h ! Je lui racontai mes galères d’arriver à Paris, elle me racontait ses galères de ses 28 ans à Paris. Pleins de passions communes : les fringues, les voyages, les mecs, les mojitos, les séances de cinéma et les écritures d’articles sur la vie. Oui, elle a aussi un blog : L’un dans L’autre. Ces 3 jours, à être h24 ensemble, n’ont fait que confirmer mon instinct de lui faire confiance – et je l’ai testé croyez-moi, elle ne le sait pas haha.

.

Citation : J’adore être avec des gens qui me font oublier mon téléphone !
Leçon de vie : Suivre son instinct, si on reste soi-même, on ne le regrette jamais !

.

.

Avril : un âge moyen

.

Et oui, avril c’est le mois de mon anniversaire. Et, j’ai eu droit à deux voyages : Amsterdam et Lausanne. Je me rappelle ne pas avoir touché terre, car en même temps je préparais le mois de mai, que vous verrez juste en-dessous. J’aime tellement voyager, que je ne sens pas la fatigue ! Ou c’est ce que j’appelle de la bonne fatigue. J’ai pu revoir des amis du collège en plus, et là on prend un sacré coup de vieux. Mine de rien, j’avais hâte d’arriver à mes 24 ans. C’est un nombre que je trouve sympa, c’est juste avant les 25, qui vont engendrer beaucoup de changements. J’avais terminé mes études, je venais d’arriver à Paris, avec un travail et une nouvelle vie qui démarrait tout doucement. Bref, j’ai actionné mon mode : kiffe ta life cette année ! Dans la numérologie, c’est mon année 8, celle où je place mes billes (engagement, courage, ambition, accomplissement). Je continue donc jusqu’à mon quart de siècle tranquillement.

.

Parce-que je crois assez en la numérologie. Je ne dis pas qu’il faut absolument y croire, mais comme j’aime prendre du recul, tirer des leçons de vie, quand je regarde ces huit dernières années, très clairement tout concorde. Bon après, ce n’est que pour avoir une idée de ce qui peut m’arriver pour éventuellement me booster. La preuve, 2016 a été ma meilleure année, depuis mon anniversaire à Pâques quand j’avais 4 ans haha. J’ai encore 4 mois pour profiter à fond, car l’année 9 est synonyme de bilan. Et dans tous les sens du terme, les huit années passées avant, reviennent au galop pour poser ses jalons du prochain cycle. Enfin bref, si mon année 8 pouvait continuer encore quelque temps, ça serait top ! Mais une grande partie vient aussi de ce qui se passe dans notre tête, notre expérience de la vie, nos envies et notre environnement.

.

Citation : Tu vas où ? Je me rends à l’évidence !
Leçon de vie : Continuer à voyager autant que possible pour rester ouverte d’esprit !

.

.

Mai : un dernier festival

.

Comme vous le savez, je fais le Festival de Cannes – et le Festival Lumière ! Et pas comme les nanas, à défiler sur le tapis rouge, avec des robes au prix à alimenter la moitié de l’Afrique. Mais dans l’organisation. Et j’ai clairement passé tout mon mois de mai à faire ça ! Et ce mois va être vite répandu, puisque bien entendu, je ne peux pas dire exactement ce que je fais. Tout ce que je sais, c’est que l’événementiel, c’est fait pour moi. J’ai clairement une âme d’organisatrice, ça m’a donné envie de créer des mariages, des bar-mitsvas, des baby showers, bref. Quand j’ai fait cette édition, je ne me doutais pas que ça serait la dernière. Quoi que, plus le temps passait et plus la dimension “cinéma” m’a manqué. Je pense que je le referais, mais au travers d’une marque ou des potes de la presse, beaucoup moins stressant haha.

.

J’ai quand même pris le temps, à mon retour, de me poser à la Fondation Louis Vuitton. Un monument – oui, oui, je la considère ainsi – magnifique que j’ai toujours voulu voir. C’était la première journée de beau temps à Paris, avec Perrine, on s’est posées sur les bancs, avons pris le soleil et avons discuté comme deux vieilles mamies haha. Heureusement, au niveau des ponts, on n’était pas on top cette année, je ne me suis pas sentie exclue. Mais mine de rien, j’ai continué de faire grandir mon carnet d’adresses et des propositions ont pointé le bout de leur nez. C’est alors que le début de la torture professionnelle a commencé. Accepter un job passionnant, que je maîtrise, mais qui ne me permettra pas de vivre correctement à Paris. Ou alors un job nouveau, qui allait demander beaucoup de patience – je me suis transformée en Erin Brockovich – et très bien payé pour rembourser mon prêt étudiant. J’ai choisi l’option 2.

.

Citation : Mange bien. Ris Souvent. Aime Beaucoup.
Leçon de vie : Ne pas tout accepter même par passion ou envie !

.

.

Juin : un graal trouvé

.

En juin, j’ai trouvé mon rythme de croisière au niveau professionnel. Je savais ce que je voulais et ce que je ne voulais plus. C’est-à-dire gagner une misère et quémander du travail, très peu pour moi. J’ai préféré tenter l’aventure sur un métier que je ne connaissais pas et pour lequel j’allais passer des nuits entières à faire des recherches pour apprendre. Après tout, si j’avais décidé de changer de vie, je pouvais bien changer de domaine d’activité. Me voilà donc rentrer dans le cercle très fermé de la gestion de fortune, de patrimoine, de coaching de vie, bref je ne savais pas encore à l’époque que je pouvais rajouter une dizaine d’étiquettes à mon cher curriculum vitae – qui ne m’a jamais servi, entre nous. Une fois cette grosse partie réalisée, j’ai pu relativiser. Il était donc tant de m’atteler à un autre gros travail : me trouver un nid douillet !

.

J’avais déjà fait un article à ce sujet, où clairement sans stéréotyper, même à Paris, tu as beau être millionnaire, sans contact, rien ne passe. Après une trentaine de visites – et beaucoup de déconvenues, face à certaines caves moisies – j’ai trouvé mon saint graal au sein du 9ème arrondissement de Paris. Situé entre Le Louvre et Montmartre, je suis à 12 minutes à pied de mes jobs, autant vous dire que c’est le grand luxe. Une trentaine de mètres carrés au dernier étage – la lumière c’est sacré ! – avec un voisin SM juste en dessous, me voilà donc officiellement parisienne. J’adore ce quartier ultra-vivant où règnent les restaurants, les boutiques de costumes déguisés, toutes les générations et toutes les classes. Bref, je me sens comme à la maison, dans un petit village. Une belle chose de faite, maintenant ne reste plus qu’à l’agrémenter d’inspirations nordiques.

.

Citation : Le rire c’est comme les essuie-glaces, ça n’arrête pas la pluie mais ça permet d’avancer !
Leçon de vie : Croire en sa bonne étoile ; autrement dit ; Souris à la vie, elle te sourira

.

.

Juillet : un début d’alcoolémie

.

Bon, vous le savez, je fais la fête tous les soirs ! Et comme en juillet, je n’avais clairement rien à faire, j’ai passé mon temps à boire des mojitos en terrasse. Okay, je sais, ce n’est pas bon pour la santé, pour la peau et pour le porte-monnaie. Mais que voulez-vous, j’avais envie de pouvoir dire où est-ce que l’on peut boire le meilleur mojito de Paname ! Et bah, il faut encore chercher… Effectivement, je pense que le meilleur mojito que j’ai pu boire ne se trouve pas en France, mais en Espagne haha. C’est donc un mois qui a été plus que calme, car tout le monde commençait à partir en vacances, mais vous le savez, qui dit première année de travail, dit pas de vacances haha. Top pour me remettre de mes six premiers mois forts en émotions et aussi pour commencer à aménager mon appartement à ma sauce. Car oui, j’ai décidé de faire un concept de chambre !

.

J’ai aussi découvert la jolie ville de Deauville. Je comprends mieux l’engouement de ce village – comparer à Paris, il ne faut pas déconner, c’est riquiqui – si mignon avec les maisons typiques de la région. J’ai aussi fait la connaissance avec une nouvelle marque révélation de cette année : Hello Body ! Un vrai buzz sur la toile, aucun produit ne m’a déçu. Et c’est très rare… #jesuischiante Je me suis aussi remise rapidement – mais vraiment vite fait – au sport haha. J’ai tenté, mais à Paris, c’est une vraie merde. Et tout ça en gardant bien évidemment le sourire. J’ai eu des moments de creux pour moi, qui m’ont permis de me recentrer sur mes objectifs premiers en arrivant à Paris : être moi, être simple, être heureuse ! Et j’ai commencé à organiser ma fin d’année tout doucement. J’ai quand même bavé sur les photos de vacances des amis haha.

.

Citation : Vivre d’amour et de mojitos !
Leçon de vie : Être soi, c’est déjà bien !

.

.

Août : un nouveau renouveau

.

Après avoir trouvé une voie – je ne sais pas encore si c’est la mienne – professionnelle, un cocon parisien, des amis sur qui compter, il était temps de tirer des leçons de mes aventures amoureuses. Et heureusement que je ne suis pas utopique sur ça : dans la vie, on ne peut pas tout avoir ! Tout ne peut pas être tout rose tout le temps, même pour Chiara Ferragni, croyez-moi. Et mes relations avec le sexe opposé – clairement il n’y a jamais eu un soupçon de sentiment – ne sont pas compliquées, mais juste pas simple. Comme beaucoup de nanas, on se dit souvent que ça vient de nous, alors que le mec en a rien à foutre haha. Le premier, soi-disant, ma vie lui faisait peur car je faisais trop de choses. Le second, devait être un gay refoulé. Et à cette période, je n’avais pas encore eu droit au troisième, qui va se marier. Au moins, j’aurai chopé le trio combo gagnant : sans couille, gay et trompeur.

.

Je prends de l’avance sur la fin de ce long et tumultueux article ! Mais clairement, je pense qu’il n’y a pas de solution miracle. On rencontre la bonne personne, quand on a envie de rencontrer la bonne personne. Si je ne tombe que sur des mecs irrespectueux, compliqués, pas sûrs d’eux c’est-à-dire à l’opposé de tout ce que je souhaite, ce n’est pas pour rien. Je me dis que la vie est en train de me transmettre un signe qui dit : une relation posée, ce n’est pas le bon timing, concentres-toi sur ton travail, ta famille, tes amis et toi-même, ça sera déjà pas mal. Et la vie a bien raison, on ne peut pas être bien avec une personne avec qui on va passer la plupart de son temps, si l’on n’est pas bien soi-même. C’est alors que j’ai décidé, doucement mais sûrement, de reprendre mes qualités, mes défauts, mes envies professionnelles, amicales, familiales, amoureuses, mes passions, de faire des to do list à court, moyen et long terme.

.

Citation : Cendrillon est la preuve qu’une paire de chaussures peut changer une vie !
Leçon de vie : Être bien soi-même, pour être bien avec les autres !

.

.

Septembre : une langue tirée

.

Clairement, je dois lire au moins au bouquin de développement personnel par mois – et encore si je pouvais plus je le ferais. Et s’il y a bien une chose que j’ai apprise c’est que nous sommes en perpétuelle évolution. Une année on peut penser noir sur un sujet, l’année suivante on pourra penser blanc. Et ce n’est pas par manque de caractère ou de personnalité, c’est par ouverture d’esprit, d’expériences de la vie que nous changeons. Nos aspirations changent aussi. C’est d’ailleurs souvent un motif de rupture dans les couples qui m’entourent : on n’a plus envie des mêmes choses au même moment. L’histoire du timing est toujours bien présent. J’ai donc décidé de tirer la langue au monde entier, d’être moi, que ça plaise ou non. De me poser des questions sur la vie seule, sur la vie à deux, sur la relation d’amitié qu’elle soit quotidienne ou à distance.

.

J’ai souvent eu très peur de me laisser aller – et encore je n’arrive toujours pas à appliquer la technique du petit pingouin, celle du lâcher prise – mais petit à petit, je contrôle de moins en moins de choses. Et ça peut être des choses très stupides, comme on m’envoie un message, si je ne réponds plus dans la minute, j’estime que ce n’est pas grave. Ou alors, j’ai le droit de dire non – alors qu’avant que je disais oui à tout – et que si la personne ne comprend pas mon refus, soit on n’a mal communiqué, soit on n’est peut-être pas fait pour partager autant de choses. Bref, c’est très très vague, très très long, très très subjectif. Mais c’est vrai qu’écrire sur mon développement personnel me ferait du bien je pense. Refaire des thèmes importants de la vie comme : le moi, le nous, les amis, la famille, le sexe, le travail, le passé, le présent, l’avenir.

.

Citation : Être ami, signifie interpréter les regards, comprendre les silences, pardonner les erreurs, garder les secrets, prévenir les chutes et sécher les larmes !
Leçon de vie : Vivre pour soi, en étant altruiste !

.

.

Octobre : un voyage parfait

.

Ce mois a été une nouvelle fois riche en émotions. Depuis 4 mois auparavant, nous organisions avec Sarah notre voyage pour fêter nos 10 ans d’amitié. Pour vous donner une idée, on a mis 6 mois environ pour se décider sur notre destination. Sarah a pas mal voyagé, mais surtout dans les îles – moi ce n’est pas trop mon truc – du coup on cherchait une destination à la fois farniente mais aussi découverte. Avec nos petites exigences bien sûr… Déjà on ne voulait pas dépasser les 6 heures de vol car nous ne partions “que” 10 jours. On a donc rayé le Brésil, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Thaïlande. L’Afrique ce n’est pas notre continent de prédilection. Il restait donc l’Amérique du Nord ou le Moyen-Orient. Comme elle connait très bien New York, je ne voulais pas spécialement y aller. Il nous restait donc Miami ou Dubaï. Et nous voilà transformées en princesses des mille et une nuits.

.

Sincèrement, c’est le voyage qui m’a le plus marqué après le Japon. Le nombre d’activités est impressionnant. Les gens sont hypers gentils. En fait, on a été scotché car tous nos stéréotypes sur les pays quasi 100% musulmans sont tombés. On pouvait se balader en maillot sur la plage, sortir le soir et boire de l’alcool. Bref, c’est vraiment une ville à part ! Je pense que même Las Vegas, malgré son côté surfait, ne serait pas mieux. Sauf peut-être en matière de bars haha. On a vécu à la fois le grand luxe avec des plages paradisiaques, des transats et des restaurants de dingue ; que l’immersion en terre inconnue avec les Bédouins, dans le désert, sur un chameau, dans une montgolfière, sur une vieille voiture etc. Et puis comme on adore manger, forcément on s’est fait péter la panse haha. Bref, Dubaï est inoubliable que je conseille à tout le monde, mais en amis !

.

Citation : As-tu remarqué comment “Et puis merde” est toujours la meilleure solution ?
Leçon de vie : Savoir partager des moments de vie avec les bonnes personnes !

.

.

Novembre : un mois de selfies

.

Le temps de me remettre de mes émotions de notre super voyage à Dubaï, j’en ai profité pour me poser un peu. Moins de sorties, moins d’envies de m’éparpiller de partout. J’ai commencé tout doucement à tirer le bilan de cette année 2016. J’ai listé toutes les choses que j’avais faites, toutes les choses que je n’ai pas faites par manque de temps, d’argent ou d’envie, toutes les choses que j’aimerais faire avant mes 25 ans, mes envies professionnelles, les personnes dont je peux m’entourer. Bref, c’était un mois de narcissisme haha. Mais ça fait du bien des fois ! Comme je vous ai dit, à force de sortir tout le temps, d’avoir le téléphone qui sonne 40 fois par jour, une BAL avec une constante de 300 mails non lus par jour et un déjeuner enfilé en 5 minutes au bureau, on a besoin de temps pour soi. La solitude est un sentiment que peu de personnes aiment, mais vital !

.

C’est aussi durant ce mois, que j’ai vécu mon premier Noël parisien. Invitée par le printemps pour l’ouverture des vitrines, c’était juste magique ! J’avais déjà passé une période de fin d’année dans la capitale, mais à l’époque je commençais un petit burn-out, du coup, je ne sortais presque pas. Là, je voyais mon sourire à courir les boutiques pour mes proches, rentrer dans les gens, attendre le 3ème métro pour enfin rentrer chez moi et emballer les cadeaux. C’est vrai qu’en faisant 8h-20h en moyenne horaire par jour de travail, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour faire du sport, avoir une alimentation saine, prendre soin de soi et de son intérieur, voir tous les gens que l’on aimerait voir, s’inscrire à des cours, faire des expositions… Mais finalement, quand on veut on peut, et avec de la bonne fatigue on peut soulever des montagnes !

.

Citation : Il y a des choses dans la vie que l’on ne peut pas expliquer. Pour tout le reste, il y a Google !
Leçon de vie : Ne pas être superwoman, n’est pas une fin en soi !

.

.

Décembre : un éclair de génie

.

Ce mois, qui clôt une année, est toujours compliqué. On sait que l’on va cravacher pour trouver des idées originales pour les fêtes de fin d’année, qu’il va falloir poser des jours et pas pour se reposer mais pour manger, ce qui rend notre sommeil dur et donc la fatigue avec le froid a terminé de nous achever haha. On parle souvent de résolutions, pour cette année, je parlerai plutôt de style de vie. On voit des livres naître de partout à ce sujet. Certaines l’appelleront healthy, d’autres gypset, d’autres BCBG. Et bien moi, plutôt que de “suivre” certains mantras, de certaines stars, je préfère me l’écrire moi-même. Il n’y a que moi qui me connaisse – sauf ma maman aussi – et qui sache ce qui est bon pour moi ou non. Un corps sain, dans un esprit sain : clairement ce n’est pas pour moi !

.

Je préfère profiter de chaque instant comme si c’était le dernier, tout en faisant des projets avec des amis et ma famille. Ma plus grande jouissance durant cette année, c’était de me lever le matin avec une méga pêche pour tout défoncer toute la journée : remplir mes objectifs au travail, être présente pour mes amis et continuer mes projets personnels. Mais aussi me sentir belle, avoir confiance en moi. Ainsi, je me couchais le soir avec un sentiment de mission accomplie. J’apprends des choses chaque jour sur le monde, sur mon travail, sur mes amis, sur moi-même et je pense que je suis de ce caractère qui ne peut se coucher sans avoir eu l’impression d’avoir servi à quelque chose dans la journée. C’est pour ça, que sur un coup de tête, avec Audrey, nous sommes parties à Madrid ! Mais ça, je vous le réserve pour la nouvelle année ;)

.

Citation : Mon but est d’être heureuse, pas parfaite !
Leçon de vie : Continuer chaque jour d’être moi, avec ma conscience et vivre pour moi !

.

 

19 décembre 2016
Skateuse Râleuse
9 janvier 2017
3 jours à Madrid

Comments

  • Alix
    REPLY

    Très bel article Marion ! Mon année 2016 a été aussi assez riche dans le genre et je la clôture par mon indépendance parisienne ! J.ai hâte et peur à la fois. je te souhaites pleins de belles choses pour la suite ! J.ai adoré lire ton blog en 2016. Bisous

    26 décembre 2016
  • EvaK
    REPLY

    Vraiment chouette cet article, des hauts et des bas comme tout le monde mais surtout des hauts pour toi! Tant mieux, je te souhaite la même ascension pour 2017! Des bisous

    26 décembre 2016

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *